Avec chaque respiration

Pour beaucoup de personnes, la respiration semble être quelque chose de simplement banale, pourtant saviez-vous que votre respiration peut en dire énormément sur Vous ? Modifier votre respiration peut amener beaucoup dans votre vie.

De ce que vous savez, la respiration correspond à l’acte d’amener l’air dans les poumons (inspiration) et rejeter le dioxyde de carbone (expiration). Pourtant, cela représente bien plus que ça.

Votre vie commence par une inspiration et se termine par une expiration.

Avant cela, remarquez que le terme inspiration comporte également une autre définition : L’inspiration désigne une affluence d’idées stimulant l’imagination et la créativité. (C’est wiki qui l’a dit). Je reviendrai dessus plus tard.

Avez vous déjà constaté qu’en fonction de la situation, votre respiration n’est jamais la même. Lorsque la colère survient, votre respiration est très accélérée. Si c’est la peur qui vous prend, votre respiration est coupée et si cette peur reste un bon moment, vous pouvez ressentir de la difficulté à respirer normalement comme si un poids était posé sur votre cage thoracique. Lorsque la tristesse s’empare de vous, votre respiration est lente, parfois accompagnée de profond soupir ou courte respiration. Si vous êtes attentifs à votre respiration et à vos ressentis corporels, vous pouvez savoir quelle est l’émotion actuelle dans cet instant. En sachant cela vous pouvez également retrouver la sérénité par le biais de votre respiration. Pour cela, le travail le plus important sera avant tout un travail d’attention.

Cela est assez complexe au départ, mais avec de la persévérance et de la rigueur, en vous focalisant sur votre respiration plusieurs fois dans la journée vous pouvez y arriver.

C’est bien mais une fois que j’ai conscience de ma respiration, j’en fais quoi après ?

Justement, c’est là que tout démarre concrètement. Le rythme de votre respiration est un indicateur sur votre état intérieur. Si vous avez besoin de retrouver le calme et la sérénité, pas besoin d’investir dans quoi que que ce soit, puisque vous avez déjà un excellent outil sous la main. Nous allons utiliser la respiration.

Pour le début, asseyez vous et fermez les yeux. Portez attention à votre respiration. Avez vous une respiration thoracique ou une respiration abdominale ?

Sachez que la respiration thoracique (celle de pratiquement tout le monde) est limitée. Vous ne respirez pas pleinement et en cas de stress vous respirez encore moins. Vous avez déjà tous eu une respiration abdominale (étant bébé), que vous perdez avec le temps. Il est possible de retrouver une respiration abdominale naturelle ou automatique. C’est le type de respiration que j’ai maintenant, obtenue là aussi avec un peu d’entraînement. Il est dit que l’on respire environ 30000 fois par jour (pour les respirations thoraciques). Je ne les ai jamais comptabilisé, mais j’ai pu faire un comparatif avec quelques personnes. Une personne lambda avec une respiration thoracique va avoir un cycle d’inspiration et expiration 3 voir 4 fois pendant que moi j’aurai fait seulement 1 seul cycle.

Qu’est ce que cela amène d’avoir ce type de respiration ?

Ici, ce n’est que mon expérience. Je dirai beaucoup moins de stress. Une meilleure maîtrise de soi et des situations. Une attention plus accrue autour de soi et en soi. Ce n’est pas vraiment le sujet de cet article bien que c’est toujours un plaisir de partagé. Si jamais vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter

Pour revenir à notre sujet, toujours en portant attention à votre respiration, observez vos pensées cette fois. Sont-elles nombreuses ou au contraire arrive t-il qu’il y ait des moments de vide ? Est ce que vos pensées se déroulent dans un ordre chronologique ou aucune cohérence n’existent entre elles ?

Maintenant, revenez à votre respiration tout en restant focalisé uniquement dessus. Combien de temps arrivez vous à maintenir cette focalisation ? Pas facile n’est ce pas ? Généralement, des pensées surviennent encore et encore, ce qui vous fait perdre le fil de votre focalisation. C’est comme avoir un train qui passe en continuité dans sa tête. Si vous avez fait concrètement et sérieusement cet exercice, vous devriez comprendre lorsqu’il est dit que votre esprit (pensées, mental,…) dirige votre vie. Ce que vous venez de faire avec cet exercice est le prémices à la méditation.

De nombreuses pratiques utilisent la respiration. Nous le retrouvons dans le yoga, le taï-chi, le Qi-gong, la Sophrologie,… lorsque nous associons le mouvement à la respiration. Certains parlent de prâna (énergie) dans le cycle de la respiration. Dans les arts martiaux du moins traditionnels, la respiration à son importance. Il est enseigné d’avoir une bonne maîtrise de sa respiration pour que lorsque une attaque est lancée, elle soit faite à l’expiration et non l’inspiration (déclenchement du kiai). Pour ceux ou celles que ça intéresse voir l’histoire de Musashi.

La respiration peut-être utilisé différemment dans la technique de respiration holotropique ou rebirth amenant à d’autres champs de conscience. Lorsque vous atteignez le monde onirique (rêves), c’est uniquement parce que votre respiration se fait lente, que votre mental et vos pensées s’arrêtent à ce moment là et que vous êtes à un autre niveau de conscience. La respiration sert bien plus qu’à amener l’air dans vos poumons.

Pour pousser plus loin et retrouver la sérénité dans l’instant. Prenez de profondes inspirations lentes en gonflant le ventre et expirez en soufflant normalement. Faîtes plusieurs cycles avec un minimum de 9 cycles, tout en ayant votre focalisation sur votre respiration. Si vous sentez comme si quelque chose se resserre au niveau de la tête, c’est tout à fait normal. Vous amenez plus d’air dans vos poumons, de ce fait vous oxygénez mieux votre cerveau. Si vous rencontrez des difficultés au départ, c’est normal aussi, ce n’est pas le genre de respiration auquel vous êtes habitué. Faîtes le aussi longtemps que nécessaire jusqu’à ce que le rythme de vos pensées ralentissent et que vous retrouviez le calme.

Les idées (et non pensées, ce n’est pas la même chose), la créativité, l’intuition n’apparaissent que dans les moments de calme. Je ne parle pas ici de calme extérieur bien que cela aide également. Je parle surtout de calme intérieur. Constatez comme l’inspiration bien qu’ayant deux définitions différentes sont en faîtes très liés. Si vous reprenez l’exercice plus haut, vous avez pu constaté que vos pensées prennent le contrôle. Si vous faîtes cet exercice plusieurs fois dans la journée, semaine, mois,…vous obtiendrez une différence. Vos pensées ne seront plus tel un train que l’on n’arrête plus, mais des nuages circulant dans votre tête. Ces nuages aussi légers soient t-il, laisseront apercevoir ce qu’il y a derrière vos pensées. Vous constaterez également qu’entre chaque nuages, un espace de vide existe. Pour le reste, je ne vous en dis plus. Je vous laisse découvrir ce qu’il y a dans ce vide.

Lorsque vous vivez une situation délicate engendrant du stress, que vous êtes agité, que vous avez des difficultés à trouvé le sommeil, que vous avez du mal à réfléchir, que vous avez besoin de faire appel à votre intuition,… cette technique est très utile. N’hésitez pas à vous en servir dans votre quotidien.

Peut-être que vous utilisez votre respiration différemment, n’hésitez pas à partager ici votre expérience dans les commentaires.

Continuez d’Être 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *