Le Son du Silence

Le titre peut paraître paradoxale étant donné que le Silence n’a pas de son. En êtes vous sûr ? Le silence ne naît pas en l’absence de bruit mais le bruit naît à partir de ce silence.

D’ailleurs il existe une chanson intéressante à découvrir de Simon&Garfunkel aussi bien par ses paroles, que par la raison de la création de cette chanson intitulée « The Sound of Silence ».

A travers cet article, je souhaitais partager une méditation que j’apprécie beaucoup, que je fais assez souvent et qui donne une expérience vraiment intéressante.

Cette méditation, je l’ai découvert et vécu par hasard lorsque j’en étais encore à mes tout début jusqu’à ce que je découvre bien plus tard au travers d’un livre une méditation assez similaire provenant du yoga nidra. Comme quoi, des fois nous faisons des choses aléatoirement jusqu’au jour où l’on découvre que nous ne sommes pas les seuls à le faire, surtout dans les domaines mystiques, ésotériques, méditatives,…

Quel rapport avec le son ?

La méditation porte dessus. Ce fut lors d’un travail sur les acouphènes pour ainsi dire que je l’ai découverte. La méditation que je vous donne est celle de la version yoga nidra qui permet d’avoir un début plus rapide. Je ne vous donnerai pas l’expérience vécue, du moins pas tout de suite afin d’éviter que vous recherchiez un résultat similaire. Cependant n’hésitez pas à partager en bas de cette page, dans les commentaires quelle a été votre résultat, vos ressentis,…

La simplicité de cette méditation réside dans le fait qu’il n’y a pas de visualisation. Il s’agit simplement de se concentrer sur des points de focalisation, d’où la raison qu’il est inutile pour moi de réaliser un audio pour celle-ci. Lisez et respectez simplement ces consignes :

Avant toute chose, il est utile de rappeler que pour cette méditation, il est important de ne pas être dérangé et de couper toutes distractions (télévision, téléphone,…). Je conseil de ne pas mettre une musique d’ambiance, cela pourrait perturber le bon déroulement.

Commencez par vous installer confortablement. Cela peut être assis en tailleur, en zazen, dans un fauteuil ou canapé avec dossier,… Évitez, du moins dans les débuts, la position allongée plus propice à l’endormissement. Bien sûr, on bannit la position debout.

Une fois la position prise, fermez vos yeux.

Prenez une profonde inspiration en gonflant votre ventre puis soufflez en laissant redescendre. Reprenez ensuite une respiration naturelle.

Focalisez vous sur votre respiration. La respiration peut être prise soit en se focalisant sur l’air entrant et sortant au niveau des narines ou alors au niveau du buste en observant la cage thoracique se soulever et redescendre.

Durant cet instant, des pensées peuvent survenir. Ne vous en préoccupez pas, revenez simplement à votre respiration.

Lorsque vous commencez à ressentir un état de détente, portez votre attention au centre de votre poitrine et plus précisément aux battements de votre cœur. Il ne s’agit pas de compter les battements, ni le temps d’écart entre chacune d’entre elles. Soyez simplement présent à vos battements un petit moment.

Enfin, tournez votre attention au niveau de votre tête entre vos deux oreilles. Pour préciser l’emplacement, sans visualisation, c’est comme si le conduit de vos oreilles se rejoignaient en un point à l’intérieur de votre tête. Restez focalisé simplement sur ce point.

Au bout d’un moment, (je précise que c’est très subtil au départ mais plus vous ferez cette méditation et plus vous arriverez à ressentir cette subtilité), vous devriez entendre un son. Ce son est un son très aigu assez approchant des acouphènes. Il est difficile d’ailleurs d’identifier si le son est à l’extérieur ou à l’intérieur de soi.

Portez toute votre attention à ce son.

Au fil de la méditation, vous constaterez que ce son s’intensifie. Restez simplement présent à ce son.

Lorsque vous désirez arrêter, portez attention à votre respiration, puis à votre corps tout entier en le mobilisant progressivement.

Enfin, rouvrez les yeux.

Cette méditation pour ainsi dire m’a ouvert sur le bruit, le silence, la vibration. Les expériences vécues ont déclenché chez moi des ouvertures de conscience. Je vous partagerais plus tard en commentaires les expériences que j’avais vécu.

Si vous aussi vous souhaitez faire part de votre expérience, n’hésitez pas à utiliser les commentaires ci-dessous pour cela.

Continuez d’être 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *