Stopper le mental, pour quelles raisons?

Un mental trop envahissant ? Des méditations difficile à mener car un mental trop présent ? Et si en réalité faire taire le mental n’était pas la solution.

On voit et on lit beaucoup de choses qui font que le mental, l’égo,… était ce qu’il fallait éradiquer sur Terre. C’est dommage, surtout que c’est quand même un bon outil d’évolution. Si le mental n’existait pas, peut-être serions nous encore à l’âge de pierre en train d’essayer de faire du feu. Ou encore, ils nous seraient difficile d’évaluer si il y a un danger ou pas. Mais pourquoi tant de hargne envers lui ?

Le mental est cette partie de vous qui génère des pensées en constances en fonction de ou des situations que vous vivez. Par exemple :

Après une dispute avec votre femme, ami(e), familles,… vous pouvez être quasiment certains que même des heures après, vous allez ressasser cette dispute dans votre tête imaginant divers scénarios. « J’aurai dû lui dire ceci,… », « Je n’aurai pas dû aborder ce sujet,… », « Je ne comprends pas pourquoi on me reproche cela,… ». Ça y est, vous vous reconnaissez. Ou en voyant une affiche publicitaire vous reconnaissez la société qui en fait la pub, d’un coup la musique ou le slogan vous vient en tête. Vous ne saisissez pas ? Pensez à la pub Carglass, ça va venir tout seul.

Voilà le genre d’exemple faisant que votre mental est au contrôle des commandes. Cependant que se passe t-il sur tout le reste ?

Votre corps vit en pilotage automatique, tout ce qui vous traverse passent inaperçu (je parle des énergies, émotions,…). De ce fait, vous n’êtes plus dans l’action mais dans la réaction. Il arrive même par moment que l’esprit qui vous habite (l’esprit de la colère par exemple) font que vous ne vous reconnaissez pas après dans la réaction vécue. Vous amenant à justifier ceci  : « Jamais je ne voulais te dire ça,… », « Je ne sais pas ce qui m’a pris, je ne souhaitais pas agir ainsi,… ». Vous reconnaissez à ce moment-là que vous étiez pleinement dans la réaction plutôt que dans l’action. La faute au mental ? Pas vraiment.

Pour mieux saisir, il faudrait voir le fonctionnement de l’être humain et du mental comme un ordinateur (en réalité, nous ne sommes pas très différent à une évolution près). Imaginez que l’écran correspond à votre écran intérieur. Tout ce qui passe intérieurement se dépose sur cet écran (pensées, imaginations, idées, visualisations,…). Voyons à présent le mental comme un disque dur. Celui-ci enregistre votre vie, archive ce qui est ou n’est pas important mais auquel on peut revenir dessus (Sachez qu’avec l’Hypnose, la Sophrologie, le Channeling énergétique,… ces outils permettent de ressortir toutes ces archives), et enfin il lance les programmes nécessaires à votre survie (oui, le mental fonctionne en mode survie). L’unité centrale est votre corps, votre cœur (désolé, celui-ci sera un simple et non un dual ou un triple cœur) ainsi que tout le système que cela comporte. A présent, lorsque vous allumez votre ordinateur, sachez que celui-ci lance des programmes automatiquement au démarrage, parfois en arrière plan sans que vous le sachiez. C’est ce qui fait que vous pouvez utiliser votre clavier, votre souris, que vous avez l’image et que vous êtes protégé par un antivirus, un pare-feu sans avoir à les activer à chaque fois. C’est un peu ce que fait votre mental lorsque vous vous levez, lorsque vous marchez, et aussi lorsque vous êtes dans la réaction d’une situation,… Cependant, un élément des plus important est manquant. Pour fonctionner, l’ordinateur à besoin de quelqu’un derrière lui aux commandes. Ce quelqu’un, c’est Vous, ou plutôt votre Conscience.

Lorsqu’il n’y a personne aux commandes, votre ordinateur fonctionne en automatique avec ce qui est déjà lancé (antivirus, programmes de démarrage, mise en veille lors de la batterie faible,…) mais ne peut pas lancer de nouvelle commande par lui-même (normalement, sinon je vous conseille vivement de voir un informaticien, votre pc à un problème). Votre mental, c’est exactement pareil, il va fonctionner en automatique avec ce qui est déjà lancé.

Si je vous demandais de vous souvenir de votre dernier entretien d’embauche, votre mental va lancer l’archive correspondante, les choses ne se font pas d’elle même. Il y a sur une fraction de seconde une demande ou une intention qui est lancée de manière inconsciente. De ce fait, c’est comme si vous étiez derrière le clavier à lancer le programme nécessaire.

Lorsque vous avez lancé un programme et que vous n’en avez plus besoin, vous fermez du coup ce programme (oui c’est ça, la petite croix en haut à droite). Là encore la Conscience est toujours présente pour effectuer ce travail. Bien souvent, il n’y a personne derrière les commandes ou le clavier (peut-être est-il parti manger un morceau), et en plus des programmes d’activation au démarrage, beaucoup d’autres programmes sont encore ouverts et non pas été fermés. Malheureusement, cette Conscience est parti depuis bien trop longtemps, l’ordinateur ne pouvant compter que sur lui-même avec les programmes déjà ouverts en est venue à croire que c’était lui le Maître à tout diriger.

Il ne peut y avoir qu’un seul capitaine sur un bateau ou sinon cela serait l’anarchie. C’est lui qui indique à son second de larguer les amarres, d’ouvrir la grande voile, de jeter l’ancre… Cependant si le capitaine n’est pas là, le second peut continuer à émettre des ordres sans problèmes à tout va, mais il ne connaît pas la route à prendre, seul le capitaine en à la connaissance.

C’est un peu ce qu’il se passe lorsque vous êtes en pilotage automatique. Le capitaine (la Conscience), n’étant plus présent, c’est le second (le mental) qui prend la direction des manœuvres et dirige le bateau (votre corps). Le second cherchera simplement à éviter les ouragans, tsunamis, tempête (événements difficiles, émotions lourdes,…) car il agit de manière à ce que tout le bateau ainsi que l’équipage survivent. Peut-être par moment un phare, l’Étoile du Nord, le soleil (l’âme) de par sa lumière vient éclairer sur la direction à prendre. Seul le capitaine (la Conscience) est capable de décoder ces manifestations, encore faut-il qu’il soit présent.

Remerciez votre mental, car il a quand même contribué à ce que vous soyez en vie, que vous puissiez analyser ce que vous recevez ou vivez… même si il est très envahissant. Il est nécessaire qu’il reprenne sa place ainsi que ses fonctions, pour cela le capitaine ou celui derrière le clavier doit revenir. Comment faire ? En étant présent.

Lorsque vous êtes en automatique, vous prenez à peine conscience de vous-même, de votre environnement. Le cas le plus intéressant c’est lorsque vous prenez la voiture, les transports,… pour vous rendre à votre lieu de travail par exemple. Ce chemin si connu et si routinier vous plonge dans vos pensées. Il suffit qu’il y ait en plus de l’information externe à analyser (panneau publicitaire, téléphone, tablette,…)pour que le mental accapare toute la place. Votre mental du coup va filtrer, analyser,… tout ce qui vient et va les classer, organiser, archiver. Lorsque vous rencontrez plusieurs collègues, des données vont en ressortir : Celui-ci est sympa, il m’a bien aidé. Elle, je la supporte pas, elle a des airs hautains,… et ceux, même si vous ne connaissez pas bien la personne. Sauf que votre mental, n’a accès qu’à une petite partie des données.

Je vous donne cet exemple : Reprenons le cas du collègue de travail. Il vous a répondu sèchement, limite blessant.

Votre mental : Je le laisse tranquille, il est de mauvais poil aujourd’hui (classement, traitement des données).

Vous allez en parler peut-être à d’autres, la situation va prendre une tournure importante juste pour une simple réaction déplacée.  Oui, mais si vous aviez pris la peine juste un instant d’être pleinement présent, en conscience. Peut-être auriez vous remarqué que ses yeux avaient versé des larmes, qu’il a un air triste. Si vous étiez attentif à vous même, peut-être auriez vous ressentis intérieurement que quelque chose à changer soudainement lorsque vous vous êtes approchés de cette personne. Avec ces éléments en plus, la manière d’aborder la personne aurait été différente et sans doute vous aurait-il confié qu’il a perdu un parent proche. Cependant, pour constater cela encore faut-il être présent. Oui mais le mental ? Si vos pensées ne vous embarquent pas, que vous restez bien ancré et bien présent, le mental à ce moment reste à sa place, il vous seconde et traduit ce qu’il reçoit.

Constatez que votre mental est nécessaire à ce moment là.

Maintenant, prenez un instant en vous asseyant, cette fois pas d’imagination ou de visualisation, soyez observateur de vous-même (attention pas d’analyse, simplement observateur). C’est comme si vos yeux ou votre regard était à l’extérieur pour vous regarder. Il se peut que vous ressentiez une légère pression au niveau de la tête, des tempes ou autour des yeux, c’est normal. Continuez sans forcer. Dans cet état, la conscience est pleinement présent. Le capitaine à regagner le bateau ou la présence derrière le clavier est bien là. Alors peut-être que des pensées vont survenir, sauf que plutôt de vous faire embarquer par elles, il vous est plus facile de vous en détacher.

Vos pensées sont comme les nuages traversant votre tête, elles sont toutes accolés les unes aux autres, mais lorsque vous êtes observateur de cela, vos pensées au fil du temps ralentissent, et vous pouvez constater un espace entre chaque nuage. Espace nécessaire pour recevoir les idées, les intuitions, les messages,…

La pratique de la méditation est un excellent moyen pour constater cela et apaiser le mental. La méditation, c’est un peu comme fermer toutes les croix et les programmes en cours. Ou encore stopper les ordres du second et ainsi simplement voguer sur l’océan tout en étant observateur de ce qu’il se passe.

Avec une pratique plus assidue, vous ne pourrez plus vous en passer et peut-être vivrez vous en Pleine Conscience. Vous ne pourrez pas arrêter votre mental, et plus vous allez cherché à le stopper et plus il sera imposant. Cependant, plus vous êtes attentif et observateur de son fonctionnement, et plus il ralentira en travaillant de pair avec vous.

Continuez d’Être 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *